LE PONT DE PIERRE

Publié le par Marie-France Mellone

 

 

 

Sur ses jambes de pierre
Où s'accroche le lierre,
Il est depuis longtemps
Le témoin de son temps
Ainsi que la mémoire.
Il connaît bien l'histoire
Des hameaux désertés
Dont il fut la fierté.
Les prénoms des enfants,
Leurs rires et leurs chants
Résonnent sous ses arches
Mais personne ne marche
Le long de la rivière.
Pourtant c'était hier
Que tous les amoureux
S'en venaient deux par deux
Echanger des serments.
Le temps passe et il ment.
Qu'a-t-il fait des toujours
Au sablier des jours ?

Sur ses jambes si lourdes
D'une douleur trop sourde
Le pont a vacillé
Et ses yeux ont cillé.
Il revoit dans un rêve
Des images trop brèves :
Le geste du faucheur,
L'offrande du semeur,
Les épis qu'on moissonne
Et l'angélus qui sonne,
La course d'un carrosse
Qui emporte la noce.
Soudain tout va trop vite,
La mort fait son invite
Sous son horrible masque
Et ses ignobles frasques.
Le pont va s'écrouler !
Mais on entend couler
Une musique douce,
C'est la vie qui repousse !

Commenter cet article

Edmée 13/02/2011 22:47


On a mal pour le vieux pont ... heureusement que tu le sauves avec la vie qui revient ... mais voilà que tu sais donner une äme même à un pont de pierre!