LE SOLDAT INCONNU

Publié le

Qui est celui qui dort sous le sol de Paris,
Que l’on couvre de fleurs au quatorze juillet,
Celui qui résista quand d’autres s’enfuyaient,
Celui qui, pour la France, a fait don de sa vie ?

Qui donc est l’inconnu de cette Grande Guerre,
Qui laissa dans les cœurs des morsures amères,
Qui faucha tant de fils, de maris et de pères
Dont le sang répandu a meurtri cette terre ?

Sur quels champs de bataille a-t-il connu l’enfer
Des obus meurtriers qui semaient la douleur ?
Où sont les compagnons qui partageaient sa peur,
Tapis dans la tranchée ou, à la mort, offerts ?

Etait-il général ou bien simple soldat,
Enfant de métropole ou de ses colonies,
Otages de l’empire et de ses avanies,
De ceux que l’on commande et ne se soucie pas ?

Je l’ai voulu héros, c’était peut-être un lâche,
Paradant à l’arrière, un planqué, comme on dit.
Cela reste un secret, la mort un interdit,
Son tombeau est sacré, qu’il demeure sans tache.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Edmée 02/09/2009 22:43

Tu as raison, peu importe si c'était un sale type ou un homme en or, si on l'a pleuré ou si on a célébré son non-retour... il a été balayé comme les autres, et mérite le repos. Sa tombe, notre respect.